Journée de commémoration – 24 février 2019

« Es el centro del mundo esta mañana el pequeño camposanto de Collioure. » C’est ainsi que le lauréat 2019 du Prix international de littérature, Ángel Petisme, a commencé son discours de remerciements, reprenant les dernières lignes de son livre. « Se ha convertido en el Símbolo de la democracia y de la libertad a 22km de la frontera de los sueños perdidos »
Et il faut reconnaître que notre journée d’hommage en ce 80ème anniversaire de la mort du poète à Collioure a connu un souffle différent des années précédentes.

Voici un compte rendu qui tente de relier entre eux tous les moments de la journée d’hommage pour ceux qui n’ont pu y assister.

9h30

Joëlle Santa Garcia, Présidente de la FAM, a ouvert cette journée en remerciant tous les participants à cet hommage et en évoquant l’utilisation parfois abusive du nom d’Antonio Machado par ceux qui ont oublié pourquoi il est enterré à Collioure et qui brandissent ce nom pour justifier des pensées et des actes qui ne respectent pas la pensée humaniste et républicaine de notre poète. Et elle a été applaudie. Elle a ensuite accueilli les différentes autorités qui ont pris la parole.

Monsieur Jacques Manya, maire de la ville de Collioure, qui offre l’hospitalité à la Fondation depuis sa création, et qui en est aussi le principal mécène, a évoqué l’inauguration de la « Médiathèque Antonio Machado », magnifique espace dans lequel se trouvent désormais le siège de la FAM, une exposition sur l’œuvre, le parcours, et l’arrivée du poète à Collioure, ainsi que les archives « Palabras en el tiempo » (créées en 2010, par une convention entre la FAM, la mairie et l’université de Alcalá de Henares, avec un engagement de la mairie qui n’a pas faibli depuis).

Monsieur Michel Moly, 1er vice-président du Conseil départemental, ancien maire de la ville, a exprimé son attachement à la Fondation, jamais démenti depuis des années, et qu’il poursuit en tant qu’élu départemental, par un partenariat constant dans les événements organisés par la Fondation, notamment dans le domaine scolaire et culturel.

Monsieur Guy Esclopé, représentant Madame la Présidente de la Région Occitanie, fidèlement présent durant toutes les commémorations de 80ème anniversaire, a prononcé un discours de sensibilité aux valeurs de démocratie et de liberté symbolisées par la défense de la mémoire d’Antonio Machado, poète républicain espagnol emblématique de la Retirada, en écho avec l’actualité.

Tous ont accueilli avec satisfaction l’annonce faite par la Présidente de la FAM, de la venue à Collioure de Monsieur Pedro Sanchez, Premier Ministre espagnol désireux de rendre hommage à Antonio Machado.


10h Projection du film de Georges Figuères, La Retirada de 1939

Notre journée de commémoration s’est poursuivie, comme prévu, avec la projection du film de notre ami Georges Figuères dont la mère, Juliette Figuères, avait aidé Antonio Machado et sa famille à leur descente du « dernier train » de Machado. Georges avait 8 ans en 1939, et s’est toujours souvenu du poète et de sa famille. Son film témoigne de sa perception et de sa connaissance de cette époque à l’aide de documents photographiques sur Collioure avant-guerre, et de nombreux documents historiques de la Retirada sur les routes de la Côte Vermeille, et des obsèques du poète. Georges était présent dimanche, membre actif depuis des années du bureau de la FAM, il accompagne Marie Porical Fontanell, ancienne professeure d’espagnol, dans les visites de scolaires qui viennent à Collioure et témoigne de ce mois de février 1939.


10h05 Trois conférences

Trois conférenciers présentés par Madame la Présidente ont participé à l’hommage des 80 ans.

Jacques Issorel, professeur honoraire de l’université de Perpignan, spécialiste d’Antonio Machado, a évoqué « 12 hommes bons » qui ont joué un rôle essentiel pendant les 26 jours précédant la mort du poète à Collioure mais aussi durant les années qui ont suivi. Tous correspondent au concept de « hombre bueno » d’Antonio Machado.(texte de la conférence)


Antonina Rodrigo, écrivaine espagnole et membre de la Fondation de longue date, a rendu hommage au poète et à sa mère, par l’évocation de 12 femmes, françaises et espagnoles, qui ont conservé la mémoire vivante du poète. Elle les a réunies dans le concept de « femme sage »   avec leurs cultures diverses, et leur fidélité  à leurs convictions, durant les combats du  XXème siècle. (texte de la conférence)


Verónica Sierra Blas, universitaire du département d’histoire d’Alcalá de Henares, directrice des archives de la Fondation, Palabras en el tiempo, a évoqué leur création en 2010 et leur contenu, mais aussi leur devenir voué à une numérisation qui permettra un travail à grande échelle dans le monde universitaire. Un support photographique original a illustré son propos, mais aussi la référence émue à Manolo Valiente et Monique Alonso (présente dans la salle) qui sont à l’origine de la boîte aux lettres placée sur la tombe du poète pour garantir la pérennité de tant de messages d’amour et de respect. Ce dialogue entre le poète et les générations qui se suivent est permanent, « jamais ne cesse », d’où l’expression d’archives « vivantes ». (texte de la conférence)


11h Miguel Barrero, membre du Jury, Prix International de Littérature 2015, a lu le poème A José María Palacio

 


Le temps consacré aux scolaires dans cette journée est désormais attendu avec beaucoup d’attention, tant la transmission de la mémoire « machadienne » aux jeunes générations nous tient à cœur.

11h05 Prix des collégiens

La 6ème édition a distingué l’affiche de deux jeunes collégiennes de la Bressola, pour une affiche qui a fait l’unanimité par sa plastique comme par son commentaire sonore sur QR code.

Gregorie Sarda Casoliva et Soledad Arcas Jorda ont présenté les lauréats. (voir page spéciale prix des collégiens)


11h15 Prix des lycéens

Bastien Cases, professeur d’espagnol au Lycée Maillol de Perpignan, a présenté les lauréats. La lauréate de la 12ème édition de ce prix d’écriture est Grâce Londres, une jeune fille de Bachibac du lycée Arago de Perpignan, qui a lu un extrait de sa création. (voir page spéciale prix des lycéens)


11h30 Prix international de littérature

La camisa de Machado de Ángel Petisme, écrit avec le pseudo de Matea Monedero (belle-soeur du poète), a remporté le Prix International de Littérature Antonio Machado 2019. Le Président du Jury, Christian Lagarde, a présenté l’œuvre et son auteur. Dans son discours on peut retenir ceci: « .. en ce 80ème anniversaire de la mort de Machado, plus que jamais sans doute, le poésie est une arme… d’avenir… » (voir page spéciale sur le lauréat)

 


11h55 Marie-Rose Corredor, membre du jury, fille de l’écrivain Josep Maria Corredor, auteur du fameux article du 12 octobre 1957 dans le Figaro Un poète cherche une tombe, a lu un poème de Machado « Pegasos lindos pegasos ».


12h Le livre de la FAM

Publié sous la direction de Serge Barba, membre du bureau directeur de la FAM, à l’occasion du 80ème anniversaire de la mort du poète,  le livre « Collioure, les jours bleus d’Antonio Machado« , n’a pu être présenté comme prévu en raison de la venue au cimetière à 13h30 du 1er ministre espagnol Pedro Sanchez. Fort heureusement, la librairie à l’entrée du centre culturel a été prise d’assaut par les acheteurs désireux de se le procurer, dédicacé par son directeur de publication Serge Barba durant la matinée.


13h Dépôt de gerbe

Sur la tombe du poète et de sa mère Ana Ruiz, décédée trois jours plus tard.

Lecture de poèmes et également d’un texte d’Antonina Rodrigo lu par Llum Venture, de Barcelone sur les engagements des femmes.


13h30 lunch servi au centre culturel, grâce à Jacques Rodor, notre trésorier et ordonnateur des moments de convivialité que la FAM organise tous les ans, pour réunir les membres du jury, les conférenciers et autres invités de la journée avec le bureau directeur  de l’association FAM.


Pendant ce temps, une délégation composée de notre présidente Joëlle Santa Garcia, notre vice-présidente Soledad Arcas Jorda, Verónica Sierra Blas directrice des archives « Palabras en el tiempo » et Miguel Barrero, membre du jury du Prix International de Littérature, est restée au cimetière pour accueillir Pedro Sanchez, Premier Ministre espagnol. (voir page spéciale sur l’hommage rendu par Pedro Sanchez)

Cet hommage du gouvernement espagnol, incarné par son chef, est une première depuis 80 ans, et il convenait de le souligner.
Une plaque témoignant de cet hommage aux espagnols républicains a été posée sur la tombe du poète, et dévoilée par Pedro Sanchez en présence de autorités et de quelques membres de la FAM.

Entre Montauban, où il a salué la mémoire du dernier Président de la 2nde République espagnole Manuel Azaña, et la plage d’Argelès où furent internés des milliers de républicains espagnols fuyant le franquisme, sa halte à Collioure a mis en lumière la place symbolique et longtemps occultée de Don Antonio dans la mémoire collective espagnole. (Et comme l’a évoqué notre Présidente dans son discours d’ouverture des actes de 2019 déformés ou récupérés à mauvais escient dans l’actualité politique espagnole)

Ses paroles résumées par « Paz, piedad, perdon » ont ému beaucoup de descendants de républicains espagnols, désireux de construire un avenir démocratique réunissant les deux Espagne.


15h Spectacle poétique « Exils d’Espagne » de Susana Azquinezer De la Retirada à aujourd’hui (Prix livre audio France culture 2018)

Accompagnée à l’accordéon, elle raconte en musique des récits de vie collectés durant des années auprès des réfugiés républicains espagnols. Ce spectacle a plongé toute l’assistance dans une autre époque, bien connue des descendants de la Retirada, et les a enveloppés d’une poésie et d’une émotion qui ont arraché des larmes à beaucoup. Susana était intarissable et le public n’arrivait pas à quitter la salle.

17h Clôture par Madame la Présidente de la FAM