L’île de Chelo

Projection du film L’ILE DE CHELO.  
Le 14 JUIN A 18 H 30 A LA SALLE VOLTAIRE  
BOULEVARD VICTOR HUGO à FRONTIGNAN
 
Il sera présenté par sa réalisatrice et fille d’un guerrillero espagnol, ODETTE MARTINEZ MALER qui animera le débat à la fin de la séance.
 

Le film raconte la trajectoire d’une résistante de la guérilla antifranquiste de León-Galice durant et après la guerre civile espagnole (1939-1948) : Consuelo Rodriguez Montes dite «Chelo» de son nom de maquisarde. A partir de sa vie personnelle et à travers le dialogue qu’elle noue avec la fille d’un résistant de cette guérilla, Chelo transmet son témoignage de femme antifasciste et fait exister, en particulier, le destin de ses compagnes de lutte dont l’engagement est souvent rendu invisible dans les rares récits de ce passé. Le film montre sa lutte au présent, entre 2004 et 2008, pour parvenir à poser, en Galice, des stèles en hommage à ses parents et à son amant de guérilla assassinés par les troupes de Franco. 

Odette Martinez-Maler

Ancienne élève de l’Ecole normale supérieure de Fontenay aux Roses, agrégée de lettres, d’abord professeur de français en lycée, elle a été conservateur en chef à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine – Musée d’histoire contemporaine (BDIC- MHC) de 2003 à 2013 actuellement rebaptisée « La contemporaine » où elle a travaillé au département des archives privées et à la création d’archives orales. Puis elle a été maîtresse de conférence au département études hispaniques de l’université Paul Valéry de Montpellier3. Actuellement à la retraite, elle reste membre du Centre de recherche Langues, littératures, arts et cultures des suds (LLACS) et Préside le centre d’études et de recherches sur les migrations ibériques (CERMI) et est directrice de publication de sa revue Exils et migrations ibériques aux XXème et XXème siècles – Paris, CERMI, Riveneuve éditions.

Ses thèmes de recherche (auxquels elle a consacré sa thèse de doctorat en études romanes) portent sur la transmission des mémoires de la résistance armée au franquisme en particulier dans le nord -ouest de l’Espagne (1936-1952) à travers les archives privées et les récits personnels des actrices et des acteurs de cette guérilla. Á propos de l’expérience de cette lutte armée de l’après-guerre civile, elle publié de nombreux articles notamment : « Témoignages des femmes des guérillas antifranquistes» , dans Critique Internationale n°49, octobre décembre 2010, pp. 113-128 (en ligne sur CAIRN).  Et elle a co-dirigé plusieurs ouvrages collectifs dont – avec Marie-Claude Chaput, Odette Martinez-Maler, Fabiola Rodriguez, «Maquis y guerrillas antifranquistas» Nanterre, Regards /7, revue du CRIIA novembre 2004 et plus récemment avec Marie-Claude Chaput et Canela Llecha Llop, Escrituras de la resistencia armada al franquismo Nanterre. Presses Universitaires de Paris – Nanterre, avril 2017.

Elle a traduit et postfacé le témoignage de son père, Francisco Martinez Lopez, publié sous le titre Guerrillero contre Franco Paris, Syllepse, 2000.

– Plus généralement sur les thèmes des transmissions des mémoires de la guerre d’Espagne et de ses suites, elle a publié avec Geneviève Dreyfus- Armand, Espagne, passion française. Guerres, exils, solidarités. 1936 -1975. Paris, Les arènes, 2015. Elle a co-dirigé avec Nathalie Sagnes-Alem, Dans les blancs de l’Histoire. Montpellier, Presses Universitaires de la Médite, 2018 ; puis, avec Geneviève Dreyfus-Armand, Écritures de la révolution et de la guerre d’Espagne, n° 9-10 de la revue Exils et migrations ibériques aux XXème et XXème siècles – Paris, CERMI, Riveneuve éditions, hiver 2018- été 2019.

– Son travail de recherche s’est accompagné d’une pratique de création de films documentaires sur le thème des mémoires de la résistance antifranquiste,  elle a co–réalisé trois films documentaires : L’album de Juliette avec Jean-Claude Mouton en 2002, Desmemoria avec Isabelle Brémond en 2004 et L’île de Chelo avec Laëtitia Puertas et Isamël Cobo en 2008 (distribution Centre audiovisuel Simone de Beauvoir).