Caminos, les chemins de l’exil


Cycle de concerts-conférences-débats avec des oeuvres spécialement composées en hommage aux migrants de tous les temps

Il y a 80 ans, 500 000 personnes quittèrent l’Espagne et franchirent les Pyrénées pour trouver asile et refuge sur le sol français (pour la plupart d’entre eux dans les camps d’internement situés sur les plages du Roussillon). Ouvriers, paysans, artistes, intellectuels, illustres ou anonymes, ils furent unis dans l’exil (la Retirada) comme ils le furent au sein de la République.

Parce que la République Espagnole fut la source d’une politique culturelle, artistique et éducative audacieuse, ambitieuse et sans précédent, c’est donc aujourd’hui de création dont il est question : de naissance, de vie, de futur et d’espoir.

Florentino Calvo, mandoliniste, et la Fondation Krüger, haut lieu d’art et d’histoire, ont sollicité à cette occasion huit compositeurs,
 Bruno Giner
 Luis Naon
 Bruno Mantovani
 Pierre Noack
 José Manuel López López
 Alexandros Markeas
 Gualtiero Dazzi
 Daniel Tosi
qui ont tous un lien direct avec la Retirada ou avec l’exil pour proposer au public des Pyrénées Orientales et au-delà des moments de réflexion et de discussion autour d’un projet artistique qui exprime, mieux que la langue, les sentiments humains.

Des plages du Roussillon de 1939 aux plages de la méditerranée d’aujourd’hui, « Caminos » interroge chacun d’eux sur leur rapport à l’Exil, sur la relation entre les chemins de celui-ci et ceux de l’acte créateur, sur l’apport du brassage des populations et de la République espagnole dans la richesse culturelle d’hier, d’aujourd’hui et de demain.
Leurs voix seront portées par les instruments à cordes pincées de Florentino Calvo. La mandoline, instrument populaire et facilement transportable a régulièrement accompagné les exilés espagnols. Très présente et en vogue au début du 20ième siècle au sein des orchestres à plectre, instrument des masses populaires, elle fut le vecteur et l’enjeu de « batailles » culturelles, sociales, politiques et idéologiques. Présente sur le pourtour du bassin méditerranéen (avec les instruments de la même famille des cordes pincées comme la bandurria, le bouzouki ou l’oud), elle incarne une « identité culturelle » méditerranéenne commune.

L’orchestre des réfugiés basques au camp de Gurs. 1939

Au-delà de l’aspect mémoriel et commémoratif, il s’agit donc de célébrer l’esprit et l’essence de cette République espagnole dont la dimension universelle, inaltérable et résolument moderne nous est parvenue au gré des sentiers empruntés par les exilés, et dont l’éclat ou la résonance continuent d’irradier, de tracer, d’interroger et d’inventer de nouveaux chemins pour l’avenir, bien au-delà des Pyrénées.
Ce cycle de huit pièces, créé dans son intégralité à partir de l’Automne 2018, se déclinera ensuite en 2019 dans des lieux emblématiques des chemins de l’exil et en direction des scolaires sous une forme de Concert/Conférence/Rencontre avec la volonté d’investir des lieux et de toucher des publics nouveaux. Quelques œuvres de « Caminos » seront jouées à chaque étape, en présence des compositeurs.

Bruno Giner, coauteur du livre Les musiques pendant la guerre d’Espagne, témoignera de la vie artistique et musicale sous la République et sur la contribution de celle-ci dans ces domaines.


Eric Forcada, spécialiste de la Retirada, apportera son regard d’historien sur l’Exil.

Lydie Salvayre, romancière, lira des extraits de son oeuvre Pas pleurer, Prix Goncourt 2014


Le cycle des concerts-conférences se déroulera dans la semaine du 22 au 28 avril.

  • mardi 23 ou mercredi 24 avril à 16h au Centre d’Accueil de Demandeurs d’Asile, La Rotja, Fuilla
  • mardi 23 ou mercredi 24 avril à la Maternité d’Elne
  • jeudi 25 avril à 18h30 au Centre Culturel de Collioure
  • vendredi 26 avril à 19h au Mume de La Jonquera
  • dimanche 28 avril à 19h au Mas de La Coume Fondation Krüger, Mosset

L’interprète, Florentino Calvo

Florentino CALVO obtient son Premier Prix de mandoline à l’unanimité dans la classe de Mario MONTI, à l’école de Musique d’Argenteuil où il étudie également la guitare auprès d’Alberto PONCE. Concertiste, il se produit seul, en musique de chambre ou au sein de formations telles que : l’Orchestre du Théâtre National de l’Opéra de Paris, l’Ensemble Inter Contemporain, l’ensemble Ars Nova, etc.… Membre fondateur du Trio Polycordes, il a créé de nombreuses oeuvres. Florentino CALVO dirige plusieurs orchestres à plectres (Estudiantina d’Argenteuil, Rhône-Alpes, Sud-ouest, Ensemble MG21). Il est professeur de mandoline au C.R.D. d’Argenteuil et au Pôle Supérieur d’Enseignement Artistique Paris/Boulogne Billancourt. Il dirige des stages de mandoline et orchestre à la Coume depuis plus de vingt ans, et s’est produit dans ce cadre dans de nombreux lieux du département : Serrabona, Taurinyà, Prada, etc. Il est directeur artistique des Pincées Musicales (http://officiel.lespinceesmusicales.fr).


Les compositeurs

José Manuel López López
Les apprentissages de l’exil: Migración y Destierro pour mandoline et mandole alto

José Manuel López López (né à Madrid le 15 janvier 1956) est un compositeur espagnol de musique contemporaine. Il étudie au conservatoire de Madrid le piano, la composition et la direction d’orchestre. Il poursuit ensuite des études de musicologie à l’Université de Paris VIII où il enseigne actuellement. Titulaire d’un DEA spécialisé dans la musique du XXe siècle, il a également suivi les enseignements de Luis de Pablo, Olivier Messiaen, Luigi Nono, Pierre Boulez, Franco Donatoni et le cursus de composition assisté par ordinateur à l’Ircam. Sa musique a été récompensée plusieurs fois, notamment par l’ISCM (International Society for Contemporary Music). Les ministères de la Culture espagnols et français, la Fondation Caja, l’Ircam, l’Orchestre National d’Espagne, Radio-France et Musica sont parmi ses commanditaires. Depuis 2007, il est le directeur artistique de l’Auditorium National de musique de Madrid.

Alexandros Markeas
Solo Andata pour mandoline électrique

Alexandros Markéas est compositeur et pianiste. Il a étudié au Conservatoire National de Grèce et au Conservatoire National Supérieur de Paris où il enseigne actuellement l’improvisation. Il s’intéresse aux langages des musiques traditionnelles et privilégie les rencontres avec des musiciens improvisateurs de cultures différentes. Il s’inspire également de différents domaines d’expression artistique, tels que l’architecture, le théâtre, et les arts plastiques (installations, événements, vidéo, web) pour chercher des alternatives au concert traditionnel et créer des situations d’écoute musicale particulières. Ses pièces sont marquées par un esprit théâtral et par l’utilisation de techniques multimédia.

Luis Naon
Né à La Plata, en Argentine, en 1961. Fait des études musicales à l’Universidad Nacional de La Plata, Universidad Católica Argentina à Buenos Aires puis au CNSM de Paris avec Guy Reibel, Laurent Cuniot, Daniel Teruggi, Sergio Ortega et Horacio Vaggione. Depuis 1991, il est professeur de Composition et Nouvelles Technologies du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Depuis celle que l’on peut considérer sa première oeuvre, Final del Juego pour septuor et bande magnétique (créée au studio 105 de Radio France en 1983), il cherche à mettre en oeuvre (à composer) cette relation dual, née de son expérience de la musique réalisée en studio et de sa double appartenance culturelle qui se font jour sous différentes formes.

Gualtiero Dazzi
Caminante, no hay camino, sino estelas en la mar pour mandole ténor

Compositeur italien né le 24 mars 1960 à Milan. Élève de Paolo Arata et Angelo Paccagnini au conservatoire de Milan, Gualtiero Dazzi poursuit sa formation en informatique musicale, dramaturgie et analyse à Paris à partir de 1982. Il se perfectionne ensuite auprès de Franco Donatoni (Sienne, 1985, 1987), Luigi Nono (1989), Tristan Murail et Brian Ferneyhough (Royaumont 1991), Pascal Dusapin et Georges Aperghis (Acanthes 1994), mais reste en dehors de toute appartenance et parti-pris. Il compose pour une multiplicité de genres, instrumentaux et vocaux, musique de film, installations sonores, oeuvres pédagogiques, et s’intéresse également à la vidéo et aux arts plastiques. L’Académie des beaux-arts lui a décerné le prix Florent Schmitt en 2009. Citons parmi ses oeuvres Ailes déployées (1995), Klage (1998), Lumière brisée (2000), Le luthier de Venise (2004), Mosaïque (2009).

Bruno Mantovani
Bruno Mantovani est né le 8 octobre 1974. Après avoir remporté cinq premiers prix au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (analyse, esthétique, orchestration, composition, histoire de la musique) et participé au cursus d’informatique musicale de l’Ircam, il débute une carrière internationale, et ses oeuvres sont jouées au Concertgebouw d’Amsterdam, à la Philharmonie de Cologne, au KKL de Lucerne, à la Scala de Milan, au Carnegie Hall et au Lincoln Center à New York, à la Cité de la musique et à la salle Pleyel à Paris, au Musikverein de Vienne. Il collabore avec de prestigieux solistes (Jean-Efflam Bavouzet, Alain Billard, Jean-Guihen Queyras, Antoine Tamestit, Tabea Zimmermann), chefs d’orchestres (Pierre Boulez, Riccardo Chailly, Sir Andrew Davis, Emmanuel Krivine, Pascal Rophé, Ilan Volkov), ensembles (Accentus, intercontemporain, TM+) et orchestres (Symphonique de Bamberg, Symphonique de Chicago, Radio de Francfort, Gewandhaus de Leipzig, Philharmonique de Liège, BBC de Londres, Orchestre de l’Opéra de Paris…). Bruno Mantovani est directeur du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris depuis septembre 2010.

Bruno Giner
Se hace camino al andar pour mandole et mandoloncelle.

Compositeur français né le 13 novembre 1960 à Perpignan. Bruno Giner entreprend des études musicales complètes qui le conduisent notamment à Toulouse et Barcelone, avant de rejoindre Paris où il travaille la composition électroacoustique et instrumentale auprès d’Ivo Malec, Luis de Pablo et Brian Ferneyhough. Sa musique peut se caractériser par son énergie associée à une certaine virtuosité. Particulièrement attentif à la morphologie du son, il manifeste également un grand intérêt pour la (les) forme(s). Récompensée par la Sacem qui lui décerne en 1998 le Prix Hervé Dugardin, son oeuvre propose un large éventail de compositions : de la musique acousmatique (Moment(s), 1989 ; Fragments d’oublis, 1995), de la musique mixte (Ptyx II pour violon, cymbalum et bande, 1999), de la musique instrumentale (Études de peaux, cinq pièces pour percussions à peaux, 1995-2000 ; Akkord pour orchestre à vent et percussions, 1992 ; Images de peaux pour percussion solo et quatuor de percussions, 1996 ; Concerto pour violoncelle, 2000 ; Charlie, fable musicale, 2007 ; Extra pour huit violoncelles, 2008). Par ailleurs, Bruno Giner est l’auteur de plusieurs ouvrages dont un livre entièrement dédié à la musique contemporaine.

Daniel Tosi
Compositeur et chef d’orchestre français né le 11 juillet 1953 à Perpignan. Diplômé du Conservatoire de Paris, Daniel Tosi étudie également en Sorbonne et obtient l’agrégation et un doctorat. Titulaire des certificats d’aptitude de directeur de conservatoire et de professeur d’analyse, il devient inspecteur de la musique. Se consacrant ensuite à la composition, à la direction d’orchestre et à la pédagogie (Zouksassi, 1992), il fonde et dirige l’Orchestre de Perpignan Languedoc-Roussillon (1983), la Camerata de France (1988) et le festival Aujourd’hui Musiques (1992). Membre du collège des compositeurs du GMEB, pensionnaire à la Villa Médicis en 1983, il remporte de nombreux prix, dont le prix Georges Enesco (1985). Depuis 1988, il dirige le conservatoire de Perpignan et en fait un foyer musical rayonnant. Son attention se porte sur les musiques électroacoustiques (Vives, noires, mi-teintes, 1992), la recherche de formes et de timbres originaux, une rythmique repensée (Tin-Tal, 1978) et un traitement instrumental tendant à la virtuosité (Phonic Design IV, 1991). Daniel Tosi compose également des contes et opéras pour enfants (Les contes de ma mère l’oye, 2010).

Pierre Noack
Né en Allemagne, Pierre Noack est un violoncelliste franco-allemand. Il a suivi des études musicales à Franckfurt et s’est perfectionné au violoncelle à Lübeck auprès de David Geringas. Il a ensuite intégré l’Orchestre de la Radio de Berlin, où il a commencé la composition. Il a suivi des stages de direction d’orchestre avec Igor Markevitch. Très lié aux Pyrénées-Orientales, il a résidé pendant quelques années à La Coume, fondée par ses grands-parents. A Mosset, il a été à l’origine de l’aventure de l’association Opéra Mosset, pour laquelle il a revisité plusieurs oeuvres qui ont été mises en scène par Albert Heijdens. Il travaille actuellement en Catalogne.


La Fondation Kruger (La Coume, Mosset)
La Fondation Kruger est une association de jeunesse et éducation populaire créée en 1972 qui a succédé à l’association « Centre Éducatif à la Campagne » qui a elle-même succédé à une Auberge de Jeunesse, à un lieu d’accueil d’enfants réfugiés de la Guerre d’Espagne et de la 2ème Guerre Mondiale, le tout oeuvre de réfugiés politiques allemands, Pitt et Yvès Krüger, qui avaient fui le nazisme dès octobre 1933 pour s’installer à Mosset.
Depuis lors, la Coume, et plus tard la Fondation Kruger, ont été école pilote dans la mise en pratique de pédagogies innovantes, centre d’accueil pour des enfants tibétains réfugiés, centre de vacances, lieu de formation en particulier dans les domaines artistiques et culturels, et actuellement centre d’accueil de classes de découverte.
Dans le cadre idyllique d’une ancienne ferme chargée d’histoire, l’équipe pédagogique de La Coume organise tout au long de l’année des programmes expérimentaux novateurs : classes d’arts plastiques, de musique, de théâtre, d’archéologie, de patrimoine, de langues, etc., séjours qui comportent toujours un volet de découverte de l’environnement. Ceci a valu à la Coume la reconnaissance de son travail au niveau national avec l’obtention, en 1993, du label « Citoyenneté-Éducation-Environnement Durable » de la Ligue de l’Enseignement. Seule une trentaine de centres d’accueil en France peuvent s’en prévaloir. Le public scolaire que la Coume accueille provient d’horizons très divers : des écoles maternelles du département à des élèves de lycées étrangers, en passant par toute la gamme possible d’établissements scolaires proches ou éloignés.
Les séjours organisés pendant les vacances scolaires ont une forte composante éducative : arts plastiques et musique, qui allient travail et vacances mais qui sont aussi l’occasion de proposer de nombreux concerts et expositions.
La Coume est et reste un lieu d’accueil et de rencontre ouvert à vocation internationale et on y vit toujours dans un même esprit constructif et fraternel.
La Fondation accueille depuis de nombreuses années les stages de mandoline de Florentino Calvo, lequel est venu à la Coume au départ par affection pour le professeur Alberto Ponce. Des liens profonds d’amitié se sont tissés, et c’est pour la Fondation un honneur, une reconnaissance de son passé et un plaisir que d’avoir été choisie par Florentino Calvo comme porteuse de ce projet.


Equipe du projet Caminos

  • Florentino Calvo, Les Pincées Musicales, Argenteuil
  • Bruno Giner, compositeur et historien, Perpignan
  • Eric Forcada, historien, Perpignan
  • Sébastien Gabillat, Agglomération Perpignan-Méditerranée, Perpignan
  • Jordi Font, directeur du Museu de l’Exili (MUME), La Jonquera
  • Olivier Bétoin, Marta Casulleras, Quéti Otero (Fondation Kruger La Coume Mosset)