2011

Prix d’écriture des lycéens 2011

1. Les participants
2. Le vote
3. Remise des prix
4. Articles de presse
5. Témoignages des  lauréats
6. Témoignages des professeurs
7. Le mot du président

1-Les participants

Cette année les établissements participants aux Prix d’écriture étaient :
Lycée Aristide Maillol de Perpignan
Lycée Jean Lurçat de Perpignan
Lycée Déodat Séverac de Céret
IES de Campclar de Tarragona (Espagne)

2-Le vote

Le jeudi 17 février 2011 s’est tenu le vote pour désigner les trois lauréats 2011 au lycée Jean Lurçat de Perpignan, en présence de M. Michel Moly, maire de Collioure, M. Guy Llobet président de la F.A.M, M. Miguel Martinez, secrétaire de la F.A.M, M. Paul Combeau, trésorier de La FAM, Mr Dominique Beck, Inspecteur de l’académie des Pyrénées Orientales,  Mme Bernadette Aigle, proviseure du lycée Maillol, Mme Roca, proviseure du lycée Jean Lurçat, Mme Soledad Arcas Jorda et Mme Joëlle Santa-Garcia, co-fondatrices du prix de littérature des lycéens et organisatrices, les professeurs des différents lycées et M. Gayraud des éditions Cap Béar.
Photo 294
120 élèves  étaient présents.

La F.A.M tient à remercier M. Beck Inspecteur d’Académie pour sa présence et son aide.
Chacune des personnalités présentes a pris la parole pour encourager les élèves à poursuivre ce travail d’écriture et de mémoire.
Ce vote a permis aux élèves des différents établissements d’exprimer et d’argumenter, en castillan pour les élèves français et en français pour les élèves espagnols leurs choix.

Chaque professeur a également exprimé son choix par un vote.

Les élèves de la section musique du lycée Jean Lurçat ont rythmé par des improvisations ce vote. Des élèves espagnols ont clôturé ce prix par un poème d’Antonio Machado mis en musique.

Pour la première fois le 1er prix a été attribué à deux lycéens ex aequo : Cristián Martínez de Instituto Campclar de Tarragone et Elisabeth Freitas Moreiras du lycée Aristide Maillol de Perpignan, le 3ème prix à Sarah du lycée Déodat Séverac de Céret.
A l’issu du vote, chaque élève a reçu le recueil des textes du Prix d’écriture  2010, édité par les éditions Cap Béar de Perpignan et une clé USB offerte par Mme la proviseure du lycée Jean Lurçat.

3-La remise des Prix

Le dimanche 20 février 2011 s’est  déroulée au centre culturel de Collioure, la remise des prix  en même temps que la remise du prix de littérature internationale de La F.A.M de Collioure.

Le lauréat ex aequo espagnol, Cristián Martínez, s’est excusé pour son absence. Les deux autres gagnantes  étaient entourées de leurs enseignantes : Mmes Eveline Massip et Joëlle Santa-Garcia ainsi que de Mme Van Grunderbeck  I.P.R d’espagnol de l’académie de Montpellier et Mme Roca Proviseure du lycée Jean Lurçat.
Les deux  lauréats, à tour de rôle ont  pris la parole pour expliquer leur motivation et remercier la Fondation ainsi que M. le maire de Collioure.
Cristián Martínez a écrit en espagnol une composition de trois poèmes qui abordent des sujets différents : le despotisme, la lutte pour la vérité.
Elisabeth Freitas Moreiras inspirée par les thèmes de l’amour, de la vie mais aussi de la fuite du temps a écrit des poèmes en espagnol et en français.  Chacun a gagné un appareil photo numérique.
Sarah    qui a écrit dans un poème en espagnol  la vie d’Antonio Machado ainsi que sa pensée philosophique et en français un poème d’amour a gagné un MP4.

Après la cérémonie certains participants se sont retrouvés autour de la tombe du poète à Collioure.

 

4- Articles de presse

Cette année la journaliste Tereixa Constela du journal espagnol EL País a couvert les différents prix dans un reportage publié le dimanche 20 février 2011,
www.elpais.com

 

5- témoignages des lauréats :

Voici quelques paroles des lauréats :

Cristian Martínez Instituto Campclar Tarragona
“En primer lugar doy las gracias a las personas que han leído mis poesías y han dado sus más sinceras opiniones y comentarios.
Siempre me ha gustado escribir, sea poesía o narración, porque expreso mis ideas, pensamientos o sentimientos y si por medio de  la literatura puedo conseguir que alguien aprenda algo, me doy por satisfecho.                      
Realmente ser el ganador me satisface y me enorgullece, pero para mí lo mejor es que algunas personas hayan disfrutado con la manera de expresarme y puedan abrir los ojos, como yo los estoy abriendo a través de la literatura.
No me he inspirado en ningún estilo en especial. He procurado ser original, utilizando grandes figuras retóricas, especialmente las metáforas, y en concreto las animalizadas, porque nos podemos comparar con muchas cosas o animales, como por ejemplo, las hormigas. En estas composiciones, no me he obsesionado con la búsqueda de rimas, aunque aparece alguna.
He intentado poner de manifiesto una crítica a temas de interés actual, por ejemplo, la fiebre del fútbol o la ignorancia, pero no una ignorancia producida por la analfabetización, sino por la  manipulación. Llegados a este punto, puedo decir que me he inspirado en la vida diaria. Una crisis que nos está arrasando y en cambio cuando hay fútbol esa crisis brilla por su ausencia; mientras, el estado nos toma por ignorantes, haciéndonos pagar deudas desorbitadas en una falsa libertad de esclavitud. Mis inspiraciones son mis rabias y mis principios, deseando que alguien pueda aprender más cosas para actuar.
Aparte de que me gusta escribir y participar activamente en la vida, también admiro mucho a Larra, un luchador y a la vez un incomprendido y me siento identificado plenamente con Antonio Machado que tuvo que huir de su país por ser fiel a su ideología.
Mil gracias de nuevo, y espero que los lectores hayan disfrutado y aprendido con mis juegos de palabras. Ese es mi objetivo como poeta y escritor.”
Elisabeth Freitas-Moreira , lycée Aristade Maillol –Perpignan-
« Ecrire pour moi est  le moyen d’expression par excellence. Quand  l’année dernière mes professeures m’ont proposé de participer au Prix d’écriture Antonio Machado de Collioure, j’ai immédiatement accepté et j’ai renouvelé cette expérience cette année. Des personnes ont aimé mes poèmes et grâce à elles j’ai reçu un prix. Quelle surprise, je n’y croyais pas !
Avant ma participation au concours, je  connaissais très peu la vie et l’œuvre d’Antonio Machado. Maintenant je sais et je comprends pourquoi cet homme est gravé dans les mémoires. Cet homme a marqué l’histoire et ses œuvres ont marqué la littérature.
Ecrire c’est vivre éternellement et tous les jeunes devraient se lancer dans cette aventure.
Je remercie ceux qui ont lu mes poèmes, ceux qui ont voté pour moi et je remercie la Fondation Antonio Machado.
Merci,« 

 

6-Témoignages des professeurs :

Mª José Vicente profesora de literatura castellana  Instituto Campclar Tarragona
« Desde hace 22 años algunos alumnos y alumnas  del IES Campclar de Tarragona junto con la que subscribe y alguna compañera, como Mª Rosa Gomà (profesora de Francés) o Nuria Carré (exalumna y actual profesora de Literatura), acudimos de forma ininterrumpida a ese santuario de la poesía y el amor, que es la tumba de Antonio Machado. En 2007 se nos invitó a formar parte de un proyecto pedagógico, realmente ambicioso, Le Prix d´ecriture des lycéens, dirigido por las profesoras Santa-García y Arcas. Para mí fue un orgullo escuchar la propuesta de la FAM a través de la voz de una compañera allende el Pirineo y actual amiga: Jöelle Santa-García. Por supuesto que acepté sin pensarlo y tratando de disimular mi emoción y alegría.
Esta actividad  es sólo uno de los puntos que tratamos de llevar a cabo, ya que como fruto de la primera conversación que mantuvimos las Sras. Jöelle Santa-Garcia, Soledad Arcas, Elena Gracia, los Sres. Martínez y Combeau y yo en Collioure, en marzo de 2007, surgió el Proyecto FAM – IES Campclar – Lycée Aristide Maillol. Este se sustenta en los siguientes subproyectos:
 -Comisión para designar Le Prix d´ecriture des lycéens.
 -Intercambio de alumnos del IES Campclar de Tarragona y del Lycée Aristide Maillol de Perpignan.
 -Estudio de la vida y obra de Antonio Machado.
Este año hemos celebrado la 4ª Edición. Y como en las anteriores, creo que nuestros alumnos han conseguido con este proyecto,  entre otros, los siguientes objetivos: conocer directamente una cultura diferente a la nuestra, practicar la lengua francesa in situ, intercambiar comentarios y análisis de diferentes obras literarias inéditas y anónimas, pertenecientes a creadores noveles en distintas lenguas, estudiar a Antonio Machado desde distintos puntos de vista cultural, renovar el concepto de Literatura, renovar la metodología aplicada al estudio de un escritor, fomentar el gusto por la lectura y la creación, dar una visión mucho más amplia de una idea, rendir homenaje al poeta, entender la importancia, vigencia y posibilidades que tiene la obra de un escritor ya desaparecido.
Por su parte, la FAM ha logrado: dar aires nuevos a esta institución de tanta solera, mostrando en los centros escolares la obra y el espíritu machadiano, implicando a los estudiantes franceses y españoles en funciones de tanta relevancia como la de ser miembro de un jurado literario de tanto prestigio y ser creador de ficciones literarias donde se rinde homenaje a ese escritor con el que se siente identificada la juventud al compartir ideas como la justicia, la libertad, la entrega, el amor y la igualdad.
Sólo me resta dar las gracias a los Sres. Llobet, Martínez, Combeau, Moly y a todas las compañeras de Francia, ya que sin ellos nuestra participación no hubiera sido posible. »
Eveline Massip ,professeure d’espagnol au lycée Déodat de Séverac à Ceret.
« Quand j’ai connu le poète Antonio Machado, au lycée d’Alès, dans le Gard, où j’étudiais l’espagnol comme première langue (mon père était réfugié politique), j’ai aussitôt ressenti une grande admiration pour l’homme et pour le poète. Mes professeurs, des passionnés (Melle Anglade au collège, M. Blachère au lycée) m’ont fait connaître les différentes facettes de son oeuvre, le lyrisme de sa poésie sur la nature mais aussi sa poésie engagée. Je me souviens en particulier de La Noria, Recuerdo infantil lors de mes années collège, et de Coplas por la muerte de don Guido, étudié quand j’étais en première ou terminale. De beaux poèmes que j’ai appris par cœur. Puis à l’université Paul Válery, à Montpellier, j’ai approfondi ma connaissance des œuvres du poète : Poesías completas, de Canciones a Campos de Castilla. Assistante de français au lycée de Logroño, je suis allée souvent, en toutes saisons, comme en pèlerinage, à Soria, me promener le long du Duero, sur les pas de don Antonio et de Leonor : les peupliers, les cigognes sur les clochers des églises… Quelle émotion aussi que de grimper jusqu’à la Laguna Negra ! Celle de La Tierra de Alvargonzález !
Devenue professeur d’espagnol, quoi de plus naturel que de vouloir, à mon tour, initier mes élèves à la poésie d’Antonio Machado ? Quand j’enseignais au collège, je faisais apprendre à mes élèves, même débutants, certains petits poèmes qui leur permettaient de percevoir la musicalité de cette belle langue qu’est l’espagnol et de la reproduire en marquant bien l’accent tonique. Au lycée, on peut aborder des poèmes plus longs et plus complexes. Et faire connaître aux élèves l’homme, son parcours, sa fidélité aux valeurs républicaines, son engagement. C’est ce que j’ai fait cette année avec ma classe de Première L et ES LV1. Les élèves ont été sensibles à la personnalité de cet homme à la fois simple et exceptionnel. Proche de nous par les sentiments qu’il exprime –l’amour pour sa jeune épouse Leonor, le grand amour de sa vie, qu’il a perdue si jeune à cause de la maladie, les a particulièrement émus-. L’amour de la nature aussi, que partagent beaucoup de jeunes de notre lycée rural. Engagé aux côtés des Républicains, Antonio Machado a dénoncé, dès le début du conflit, la barbarie franquiste par exemple dans El crimen fue en Granada ou  La muerte del niño herido. Ses préoccupations philosophiques et existentielles dans Caminante, no hay camino… ont aussi intéressé les élèves. Après avoir mis à leur portée plusieurs poèmes sur ces thématiques variées, ils ont appris par coeur et récité celui qu’il préférait. Puis je leur ai demandé d’écrire, soit « à la manière de Machado », soit en pensant à lui, à son parcours, à sa vie. Ce qu’ils ont fait avec beaucoup de plaisir. Les écrits qui en ont résulté ont été à la hauteur de mes espérances. En ce moment, les mêmes élèves participent au Printemps des Poètes en écrivant des haikus sur le thème de l’eau. »

 

7- Le mot du président

Plus qu’un poète, Antonio Machado était un homme bon, un homme simple, un homme essentiel.
« …L’homme bon, est celui qui garde, telle l’auberge du chemin, l’eau pour l’assoiffé, pour l’ivrogne le vin…. ».
Antonio Machado demeure cette simple auberge au bord des chemins de la vie et de la poésie. Et sa poésie est à son image : Elle est bonne, elle est simple et directe et refuse de se charger du poids des images. Cette absence de flamboyant, ce refus à la maturité du moins, des tours de magie, des couleurs des mots, font de sa poésie une source claire et complice. Elle est faite pour les âmes simples et naïves que Machado appelait de ses vœux.
Ce sont toutes ces sensibilités et naïveté, au sens noble du terme qui rejaillissent des  œuvres présentées dans le prix d’écriture des lycéens 2011.
C’est une victoire, celle de la jeunesse, celle de l’avenir.
Guy Llobet.
Président de La Fondation Antonio Machado de Collioure.